Laroze – ‘Loin Des Yeux’ EP

Il y a quelques jours, Laroze a sorti son deuxième EP intitulé ‘Loin des Yeux’ . C’est une house péchue, résonnant sans ambiguïté dans l’ombre des meilleurs producteurs de Detroit, que l’on découvre avec « Loin Des Yeux » , qui ouvre le quatre-titres. On y sent l’influence d’Omar-S, de Moodyman ou encore d’Andrès, qui signe un remix du titre éponyme. Après avoir découvert le remix sur les réseaux de l’Internet, Laroze a lâché une pépite acidulée, entraînante et enivrante, en premiere sur Tsugi. Ce titre, explicitement intitulé « Acid Devotion » , débute de manière incisive avec une salve de percussions en guise d’étendard, une légère trompette pour la sous-tendre, quelques notes rondes de synthétiseurs saturés, puis une ligne acide qui saisit rapidement l’auditeur, l’amenant enfin à une belle voix soul. La recette semble simple, le résultat est d’une finesse élégante. Séducteur, on se dépêche d’écouter la suite des morceaux. Et dans le thème de cette house de Detroit, l’EP se déroule sans encombre. On passe justement par le remix de « Loin Des Yeux » qu’a signé Andrès, une figure de la house de Detroit, et  on termine l’écoute par « Good Inside » qui apporte une note exotique, de part les percussions, encore une fois importante dans la composition de l’artiste. Toujours très dansant, avec une touche soul et funk qui semble lui être cher, vous comprendrez pourquoi en lisant cet article, les quatre titres de l’EP sont voués à clouer le dancefloor, et on est certain qu’ils séduiront le public de la même manière qu’ils nous ont séduit. On n’a encore jamais noté d’EP, mais là on est chaud pour très gros 9/10 (on essaie de rester impartial en ne mettant pas 10…).

Ten Essentials : Laroze

« Ca a été très dur de choisir seulement 10 morceaux, mais j’ai essayé de faire un mix entre house, disco, funk et chanson française… Je n’ai pas voulu faire une sélection avec des morceaux que personne ne connait, pour faire genre le mec underground, je voulais que ça me ressemble vraiment. Donc voilà… y’a du Alain Souchon et du Michel Berger. C’est souvent des classiques, des musiques que j’ai beaucoup écouté quand j’étais gosse. Mais aussi des choses que j’écoute depuis moins longtemps, qui me paraissent la parfaite représentation de la musique que j’affectionne : généreuse, sentimentale, dansante…  » Laroze.


THEO PARRISH – SOLITARY FLIGHT

10 minutes de pur bonheur, de légèreté et d’émotion. Mon morceau préféré de la légende Theo Parrish, que je regrette de n’avoir toujours pas vu en live. Le morceau ne s’appelle pas « Solitary flight » pour rien : je l’ai testé plusieurs fois en avion, c’est parfait !

Miles Davis – Chez Le Photographe Du Motel

Pendant longtemps j’ai voulu m’intéresser un peu plus au jazz, sans trop savoir par où commencer. Un ami à moi m’a alors un jour conseillé « si tu veux démarrer, commence par Miles Davis ». Pas déçu.

Truth (Mark Goddard) – The Start

La perfection a un prix : 600€ sur Discogs. Souvent joué par Laurent Garnier en introduction de ses sets, « The Start » est le parfait exemple que la musique club peut être très spirituelle.

Alain Souchon – La ballade de Jim

Mes amis proches connaissent mon affection pour la chanson française des années 80, car elle unis les instruments électroniques aux belles paroles. Souchon est un vrai poète que j’aime beaucoup.

Moby – My Weakness

C’est certainement l’album que j’ai le plus écouté étant môme. Je devais avoir 10 ans quand ma mère a acheté « PLAY » sur cassette audio, je ne m’en suis jamais lassé. Dommage que Moby se prenne pour un chanteur de rock maintenant, il était meilleur sans micro et avec des synthétiseurs.

Marvin Gaye – Please Stay (Once You Go Away)

Un gros classique de Marvin Gaye, parce que je ne peux pas faire un top sans mentionner son génie.

Moodymann – I’m Doing Fine

Tout le génie de KDJ concentré dans un seul morceau. Tout y est juste : les drums son légères, les lignes de rhodes vibrent, les voix transpirent les inspirations Soul de Moodymann.

Daft Punk – Revolution 909

Rares sont les morceaux qui ont traversé les 10 années que je viens d’écouler dans les clubs. Mes parents avaient l’album quand j’avais 7 ans, et les DJs jouaient ce morceau lors de mes premières sorties au 4sans en 2007. Aujourd’hui je l’entends encore en club avec beaucoup de plaisir. Et le clip déchire.

Lady Bug (ORIGINAL 12 » DISCO MIX) – Bumblebee Unlimited

Un des premiers morceaux disco pour lesquels je me suis pris d’affection, il y a presque 10 ans de ça. Ridiculeusement bon !

Different Teep – Maintenant Ou Jamais

Je ne sais pas si « le rap c’était mieux avant », mais ce morceau me permet presque d’affirmer que oui. Le sampling à son meilleur niveau, par DJ Medhi.

BONUS :
Michel Berger – La groupie du pianiste

Pas une soirée entre potes ne se passe sans que je pose ce morceau sur Youtube, donc je suis obligé d’en parler. Michel Berger et Balavoine font partie de ces chanteurs français qui me font regretter d’être de la génération Matt Pokora et JUL.